La F1 reprend ! Le premier Grand Prix de la saison aura lieu le week-end du 25 mars et comme d’habitude les hostilités s’ouvrent à Melbourne. L’occasion pour Janusport d’élargir son champ d’action en accueillant la Formule 1 dans ses colonnes. Car oui, il y a aussi des opportunités en termes de bet dans la discipline reine du sport auto même si l’enthousiasme n’est plus vraiment le même. Enfin cela va peut-être changer avec le récent rachat de Liberty Media des droits de la Formule 1 et le départ de papy Bernie. Pour tous ceux qui ne sont pas à jour (et les autres d’ailleurs), Janusport vous propose une petite présentation par écurie des forces en présence. Moment idéal juste après les essais hivernaux de Barcelone et le début de la compétition.

Formule 1 : quelques orientations pour 2017 en paris sportifs

Avant d’attaquer le tour d’horizon des équipes, quelques nouveautés pour cette nouvelle saison sont à connaître. 2017 est synonyme pour le Formule 1 d’un nouveau règlement technique qui va quelque peu mélanger les cartes. Au programme, les monoplaces deviennent plus performantes et rapides (pendant les tests d’hiver à Barcelone, les F1 2017 ont amélioré le temps au tour de 4 secondes !).

Les raisons ? Elles sont globalement plus larges (+20 cm à côté d’une F1 2016). Les ailerons et les pneus gagnent quelques centimètres. Cela leur permet d’être plus rapides dans les virages grâce à une meilleure adhérence et donc de grappiller de précieuses secondes à chaque tour. D’ailleurs, au niveau du look, elles gagnent clairement en agressivité. Les pilotes aussi seront physiquement davantage sollicités et on peut s’attendre à des fins de GP perturbées par la fatigue de certains. Enchaîner autant de virages à pleine charge est nouveau et les organismes seront fortement diminués. À voir donc quels pilotes auront eu la meilleure préparation physique pendant l’hiver…

Mercedes-AMG Petronas

Prenons les choses dans l’ordre. L’écurie favorite cette année est encore une fois Mercedes. Une chose change en revanche, le champion du monde de l’an passé, Nico Rosberg, a préféré terminer sa carrière en mode champagne et se consacrer à sa famille. Mauvaise nouvelle pour les non-fans de la marque étoilée, Mercedes AMG a fait le coup en chipant le finlandais Valtteri Bottas à Williams pour épauler Hamilton. Résultat ? Williams a dû rappeler Massa après seulement quelques semaines de retraite.

Les essais de Barcelone sont l’occasion pour les équipes de se tester grandeur nature (*). Deux éléments importants sont analysés à la fin de ces quelques jours à savoir le nombre de tours bouclés et les meilleurs temps. À ce premier petit jeu, le gagnant est Mercedes avec plus de 4 000 kms parcourus. Preuve une fois de plus qu’outre les performances de ce bloc, il n’a rien perdu de sa fiabilité. Bottas s’est rapidement trouvé à son aise dans la Mercedes en établissant notamment le meilleur temps d’une journée d’essai.

Côté Hamilton, un pépin électrique est tout de même apparu sur sa W08 EQ Power+ mais aucune équipe n’est infaillible et il vaut mieux que ça arrive maintenant qu’en plein GP. Autre point, le champion du monde britannique a donné son avis sur ses sensations et selon lui les dépassements devraient être plus difficiles encore à réaliser… Dommage pour le spectacle mais rassurons-nous en nous disant que son avis ne concerne que lui pour le moment. En cause, des pneus qui se dégradent difficilement poussant alors à multiplier les stratégies à un seul arrêt.

Dans tous les cas, Mercedes est l’une des trois plus grosses écuries du plateau en espérant qu’elle ne redevienne pas la seule. Cette année, il faudra aussi compter sur un Valtteri Bottas le couteau entre les dents à la recherche de sa première victoire après ses 9 podiums chez Williams. La pression sera plutôt dans le camp d’Hamilton, véritable nouveau leader de Mercedes. Un leader également revanchard après son titre manqué l’année passée.

Ferrari

Ferrari est LA bonne surprise des essais d’hiver. Qui l’eût cru en voyant arriver un directeur technique plutôt inexpérimenté en la personne de Mattia Binotto. À Barcelone, les tests ont été menés tambour battant grâce à un bloc V6 hybride Ferrari très bien né qui fait d’ailleurs les joies des écuries Haas et Sauber. Ferrari est tout simplement le détenteur des meilleurs temps de ces essais. Le grand vainqueur est Räikkönen avec 1 :18 :634 suivi par son coéquipier Vettel en 1 :19 :024. C’est véritablement une bonne nouvelle pour la Scuderia et avec deux pilotes à l’expérience indiscutable, elle ne devrait pas faire de la figuration cette année.

Red Bull

Chez Red Bull c’est plutôt mitigé. La RB13 a roulé en moyenne 2 000 km de moins que les Mercedes. Elle pointait aussi à plus d’une seconde des meilleurs temps des Ferrari et la fiabilité du bloc Renault reste aléatoire même si ça va bien mieux pour son motoriste dont la fourniture du moteur était remise en question. Verstappen comme Ricciardo ont pris beaucoup de plaisir à bord de leur monoplace au comportement plutôt sain. L’élément à suivre sera la progression de ce premier. Le prodige et plus jeune vainqueur d’un GP de l’histoire de la Formule 1 n’a pas fini de nous étonner.

Force india

Classé quatrième au championnat constructeur l’année passée, Force India a sa carte à jouer grâce en partie à la fourniture du bloc Mercedes. L’écurie accueille dans ses rangs Esteban Ocon sous contrat avec Mercedes. Plus jeune Français au départ d’un GP à 19 ans, il revient sur la piste sous d’autres couleurs (malheureusement roses…) après son expérience avec l’équipe défunte, Manor. Cette titularisation est une  belle opportunité pour lui. Classé à la 11ème place à Barcelone, Ocon a pour objectifs de marquer des points à toutes les courses voire de viser le podium mais ça, c’est une autre histoire.

Williams

Pour remplacer le départ de Bottas, Williams aligne le benjamin du plateau : Lance Stroll âgé de 18 ans. Ce fils de milliardaire et Champion d’Europe de Formule 3 arrive au mauvais moment dans cette discipline en plein renouveau. Il est d’ailleurs sorti de piste à plusieurs reprises à Barcelone et il ne devrait pas y avoir de surprise le concernant dans le classement.

Il profitera néanmoins de l’expérience d’un Massa ayant à peine pu siroter un cocktail pendant sa retraite. Il n’a décidemment rien perdu puisqu’il a même signé le meilleur temps d’une des journées d’essai.

Renault

Renault a aussi quelque chose à faire dans tout cela. Après une première saison pour se jauger, l’équipe française a réalisé des investissements et une campagne de recrutement conséquents. Hülkenberg et Palmer profitent cette année d’un nouveau moteur pour la R.S. 17. C’est d’ailleurs ce premier en provenance de Force India qui obtient l’étiquette de leader grâce à son expérience. Renaut profitera aussi de tout le savoir d’Alain Prost en la qualité de conseillé. Suivant les premiers retours que nous avons sur ce bloc à l’issue des essais de Barcelone, il s’est avéré être performant mais encore fragile. Pour cette nouvelle saison Renault devrait se contenter d’une position en milieu de tableau.

Haas

Un peu comme Renault, l’année dernière a permis d’accumuler de l’expérience pour la jeune team américaine Haas. Cette année Haas semble clairement mieux armée et le bloc Ferrari y est pour quelque chose. Celui sur lequel il faudra miser reste le Français Romain Grosjean. L’année dernière c’est d’ailleurs lui qui a inscrit tous les points de l’équipe.

McLaren Honda

Ca sent clairement la (nouvelle) saison en demi-teinte pour McLaren. Les essais de Barcelone n’ont pas été loin de la catastrophe. Alonso s’est plaint ouvertement du bloc Honda. Le moteur nippon pose encore problème à cause de la faiblesse de ses performances mais aussi des multiples pépins mécaniques. Le champion du monde espagnol a même déclaré : « Avec notre manque de vitesse de pointe, nous pouvons passer tous les virages à fond… Nous perdons pour le moment 30 km/h dans les lignes droites. »

La monoplace McLaren a parcouru deux fois moins de kilomètres et n’a pas réussi à enchainer plus de 11 tours sans tomber en panne. Pire encore, l’équipe a utilisé cinq moteurs en huit jours quand sur toute une saison les écuries n’ont le droit qu’à quatre blocs. Ajoutez à cela le jeune débutant belge Vandoorne en remplacement du récent retraité Button qui n’a même pas pu prendre ses marques au volant. Vraiment, si les deux McLaren bouclent tous les tours du premier Grand Prix ça serait déjà un exploit…

Enfin, si Toro Rosso souffre aussi de la fiabilité du bloc Renault de son côté, la saison à venir pour Sauber devrait être très difficile à la vue des temps effectués lors des essais d’hiver…

 

 S’il reste difficile de juger toutes les équipes et leurs monoplaces avant le début des hostilités, Mercedes et Ferrari se positionnent pour le moment en favoris. Il ne faut cependant surtout pas sous-estimer Red Bull toujours très bien armé. Prost a d’ailleurs déclaré que la hiérarchie de l’année passée devrait être relativement respectée.

En voyant les nouveaux défis dont les écuries doivent faire face, la saison à venir devrait être un poil plus excitante en espérant qu’il y ait une vraie bataille pour la première place. Réponse dès le dimanche 26 mars à Melbourne !

Aurélien Matysek pour Janusport.com

(*)Un détail est à signaler au sujet des essais hivernaux de Barcelone. Le jeu des bluffs est une habitude en F1, aucune écurie souhaitant avoir l’étiquette de favori, il se peut que les flèches d’argent n’aient pas voulu décrocher les premiers temps pour s’éviter une pression supplémentaire. D’ailleurs à ce titre, Vettel a été aperçu en train de freiner volontairement en pleine ligne droite… Le but étant pour certaines écuries de développer avant tout leur monoplace et la fiabilité plutôt que de cravacher les chronos à tout prix. Les GP à venir étant là pour cette deuxième mission.

Crédit images : XPB Images, Renault