Très beau début de saison cycliste sur Janusport avec Tamerlan qui affiche 32% de ROI depuis le début de saison. Ce rythme sera évidemment difficile à suivre mais puisqu’il avait clôturé l’année 2020 avec un ROI de 37%, pourquoi ne pas être optimiste ? Vous pouvez consulter tous nos bilans détaillés quotidiennement mis à jour dans notre rubrique dédiée. On s’intéresse tout de suite à la 4ème étape du Tour du Pays Basque.

Tour du Pays Basque

4ème étape

Aujourd’hui, l’étape ressemble diablement à une mini Clasica San Sebastian. Les coureurs s’attaqueront au Jaizkibel (7,8km à 5,3%) et à l’Erlaitz (3,8km à 11%) dont le sommet se situe à un peu plus de 20 kilomètres de l’arrivée. Quel scénario envisager alors ?

La Jumbo ne devrait pas chercher à reprendre les fuyards puisque Roglic est désormais dans une phase de gestion et cherche à protéger le petit pécule qu’il a obtenu dans le contre-la-montre. Laisser les bonifications à l’échappée semble le plan le plus probable pour la Jumbo surtout que l’équipe est collectivement plus faible qu’à l’accoutumée. Qui pour rouler donc ? Les équipes intéressées par la chasse pourraient être assez nombreuses en réalité mais trois sortent du lot pour mener la chasse : Movistar, Astana et ISN. Movistar est sur ses terres et voudra montrer le maillot, Valverde a montré qu’il était en belle forme sur le Tour de Catalogne, le GP Indurain et sur l’étape d’hier. Il peut donc légitimement avoir des ambitions aujourd’hui mais il est trop près au général pour pouvoir attaquer alors que le final sera difficile à contrôler. Astana voudra également chercher l’étape mais ses meilleures cartes sont probablement un peu justes face au leader du général et la meilleure option semble être d’anticiper. Enfin, ISN voudra sa revanche par rapport à hier. L’équipe a roulé toute la journée pour voir les chances de victoire de Michael Woods s’envoler avant même que la bataille ne commence. L’étape du jour lui convient moins bien mais il reste un candidat sérieux à la victoire. L’équipe sera-t’elle assez forte pour mener la chasse si Astana et Movistar passent à l’attaque ? Pas évident.

Pourquoi s’attarder alors sur ces équipes au moment de rédiger l’analyse ? Simplement car j’estime qu’il peut-être intéressant de partir sur des coureurs de ces équipes dans le scénario échappée car leur présence devant augmenterait nettement les chances des fuyards.

Du côté de la Movistar, un homme sort du lot dans le scénario échappée en l’absence de Marc Soler. Enric Mas devra rester avec Valverde quel que soit le scénario de la course et le seul coureur suffisamment fort pour jouer quelque chose dans le final nous semble être Carlos Verona. Costaud lors du Tour de Catalogne, il n’est pas passé loin d’un succès lors de la 5ème étape sans un Kamna de gala. D’autres coureurs de la Movistar ont davantage de probabilités d’être à l’avant (Samitier, Rubio) mais leur chance de bien figurer est nettement moins importante. Du côté d’Astana, les noms de Fraile et de Lutsenko se dégagent clairement. Omar Fraile semblait voler lors de la 2ème étape, il était le premier à attaquer avant que le groupe favoris ne laisse partir Aranburu et a ensuite réglé le groupe favoris devant des coureurs à belle pointe de vitesse comme Woods ou Roglic. L’avantage de l’Espagnol est qu’il peut gagner aussi bien dans le scénario échappée qu’en late attacker voire dans un sprint réduit. Lutsenko a également la pancarte sur ce genre d’arrivée. Sa forme ne fait pas trop de doute après sa deuxième place dans le GP Indurain et on l’a vu très offensif depuis le début de la saison aussi bien sur l’UAE Tour que sur Paris Nice. Il tourne un peu autour depuis plusieurs semaines et est probablement la meilleure option de son équipe aujourd’hui. Enfin on termine par un coureur d’ISN qui pourrait ne pas chercher à contrôler. Après Woods, qu’on ne peut décemment pas sélectionner après sa chute d’hier vu sa cote, c’est Krists Neilands qui a retenu notre attention. Dans une échappée de costauds, il risque d’être un peu juste pour la victoire mais il en forme (6ème du GP Indurain), on l’a vu offensif sur Paris Nice et il a une bonne pointe de vitesse qui peut lui permettre de régler un petit groupe derrière un homme qui aurait réussi à s’isoler.

Mises modérées évidemment car le scénario avec ISN et Movistar qui roulent pour l’étape est tout à fait possible également.

Le pronostic de Tamerlan

0.30u sur Fraile ou Lutsenko @ 6.50 sur Betclic

0.10u sur Verona Top3 @ 43 sur Unibet

0.10u sur Neilands Top3 @ 30 sur Betclic et Winamax

Un compte créé sur Barrière Bet = Deux mois VIP offerts sur Janusport + jusque 250 euros de freebets !

Veillez à ne pas inscrire d’autre code bonus lors de votre inscription !