C’est parti pour le Tournoi des Six Nations sur Janusport ! La compétition se déroulera du 1er février à la mi-mars et on vous proposera évidemment des analyses fréquentes des rencontres sur Janusport.com.

On vous rappelle par ailleurs l’organisation de notre jeu-concours sur la compétition avec 275 euros à la clé, disponible ici.
Analyse de la compétition !

Tournoi des Six Nations

Malgré un calendrier compliqué avec un déplacement final en Angleterre, les Irlandais ont remporté le Grand Chelem en 2018. Ils seront à nouveau les grands favoris à leur propre succession cette année, notamment grâce à un calendrier plutôt favorable. Favorable non pas tant car ils recevront la France surtout l’Angleterre pour l’ouverture du Tournoi. Si le déplacement en Ecosse semble abordable pour les Irlandais, en raison des forces et des faiblesses de ces équipes, le match le plus compliqué devrait être celui en clôture de la compétition, au Pays de Galles. Mais avant de détailler l’état des forces de chacun, concentrons-nous tout d’abord sur l’effectif irlandais.

Si on devait se risquer à proposer un XV type pour l’équipe d’Irlande, celui-ci serait probablement le suivant :

Healy, Best, Furlong

Ryan, Toner

O’Mahony, CJ Stander, Leavy

Murray, Sexton

Earls, Aki, Henshaw, Stockdale

Kearney

La première ligne est probablement la plus solide au monde. En talent brut, le talonneur du Leinster, Sean Cronin, mériterait une place de titulaire mais l’expérience de Rory Best, capitaine de la sélection, en fait un indéboulonnable et ses prestations ne sont en rien un point faible de l’équipe. En seconde ligne, plusieurs absents sont à signaler pour le début du Tournoi (Beirne, Henderson) mais il est de toute façon probable que Joe Schmidt aurait fait confiance aux locks du Leinster Ryan et Toner, très complémentaires, pour le tournoi. Si le Tight Five sent le Leinster à plein nez, la troisième-ligne est d’obédience Munster. CJ Stander et POM sont indéboulonnables, le premier pour son activité et sa capacité à gagner des yards, le second par sa science de la touche et son expérience. La troisième place devrait logiquement revenir à Dan Leavy, véritable révélation de ces dernières saisons, mais il revient de blessure et Josh van der Flier ou Sean O’Brien pourront tout à fait le remplacer. N’oublions pas non plus Jack Conan qui a néanmoins davantage le profil d’un troisième-ligne centre.

Derrière, pas besoin de s’attarder sur Conor Murray et Jonathan Sexton, que seuls Aaron Smith et Beauden Barrett peuvent regarder dans les yeux. Aucune autre charnière de la compétition ne s’approche de leur niveau. Une interrogation légitime porte néanmoins sur l’état physique de Sexton. L’ouvreur irlandais est souvent ciblé par les défenses adverses et revient de blessure mais sa doublure Joey Carbery, réalise une très grosse saison, et les Irlandais peuvent dormir tranquille à ce poste. Dans la ligne arrière, le retour de blessure de Robbie Henshaw arrive au meilleur moment pour Joe Schmidt. Si la titularisation de Bundee Aki en 12 laissait dans un premier temps les supporters irlandais un peu songeur, sa capacité à mettre son équipe dans l’avancée et à resserrer la défense adverse est désormais incontestable. La densité au poste de centre est d’ailleurs assez incroyable avec Addison, Ringrose ou Farrell, tout à fait capables de remplacer un de leurs coéquipiers. Le back-three devrait quant à lui être composé de Stockdale, Earls et Kearney. Le nom de Stockdale ne vous dit peut-être rien mais s’il était néo-zélandais, on le présenterait surement comme le meilleur ailier au monde. Meilleur marqueur de l’édition 2018 avec 7 essais en 5 matchs, il en est déjà à 6 essais de Champions Cup alors qu’il n’évolue pas dans une province connue pour son jeu offensif ou pour dominer le rugby européen. Outre ces trois joueurs, on suivra attentivement Jordan Larmour, capable de battre n’importe quel défenseur en 1 contre 1 et qui devrait rendre de gros services à l’équipe aussi bien à l’aile qu’à l’arrière.

Au-delà de la qualité du squad irlandais, c’est également les faiblesses des équipes rivales qui expliquent le statut de favori du XV du trèfle. L’Angleterre sera, comme toujours, à surveiller de près. On a pu constater l’impact des retours de Vunipola et Itoje sur le jeu des Saracens mais l’équipe doit faire face à plusieurs blessures importantes, notamment en première ligne, et un état de forme incertain pour son ouvreur / premier centre Owen Farrell. Qu’on l’aime ou qu’on le déteste, Farrell est indéboulonnable du squad anglais surtout que George Ford peine à s’imposer au très haut niveau international. Farrell a subi une légère opération au niveau du poignet ces derniers jours mais postule malgré tout à une place titulaire contre l’Irlande. Avec un calendrier compliqué et un Tournoi qui s’ouvre en Irlande, l’Angleterre risque d’avoir de la peine à jouer la gagne cette année.

L’autre gros outsider est évidemment le Pays de Galles. Les hommes de Gatland ont battu l’Australie et l’Afrique du Sud lors des tests de Novembre mais il leur manquera du monde à l’ouverture du Tournoi. Faletau est out, Moriarty est très incertain, et l’équipe est un peu à poil au poste de n°8 même si Tipuric ou Navidi y ont déjà évolué. Les Gallois risquent de manquer d’un peu de percussion et pourrait même se faire surprendre par la France, ce vendredi. Outre les absences en troisième-ligne, la forme de certains joueurs de la ligne arrière est peu rassurante. L’excellent Parkes réalise une saison assez immonde avec les Scarlets, Halfpenny se remet tout juste d’une commotion et ne devrait pas à être 100% avant, au mieux quelques semaines, Gareth Davies et Liam Williams sont également touchés. L’équipe reste évidemment de qualité mais nous semble un peu juste pour coiffer l’Irlande sur le poteau. L’Ecosse, en raison de la faiblesse de son pack, et la France, un peu en-dessous dans tous les compartiments du jeu, auront du mal à exister dans la durée mais peuvent tout à fait réaliser de jolis coups.

Pour ces raisons, nous vous conseillons de miser sur une victoire de l’Irlande dans le Tournoi. Betstars, proposant la meilleure cote du marché. Nous vous rappelons que toute création de compte sur Betstars en passant par notre site, vous offre deux mois d’accès gratuit à notre VIP, en plus du bonus classique de 100 euros.

Notre pronostic

2u sur Irlande vainqueur de la compétition @ 1.83 sur Betstars



Un compte créé sur Betstars = Deux mois VIP gratuit sur Janusport !

Cette offre est également valable pour les membres déjà VIP qui peuvent prolonger leur abonnement de deux mois !

 

Tips rugby & cyclisme